Le capitalisme contre la démocratie

49-3 contre 1793

 

Hier, 10 mai 2016 François Hollande a choisi de célébrer d’une drôle de manière la date anniversaire de l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République, premier président socialiste de la cinquième République.

Une manière qui contraste avec les valeurs même du socialisme et du progrès sociale mais peut être faut-il y voir plus simplement une rupture avec cet idéal, un ralliement au libéralisme incompatible avec la République Sociale.

L’exécutif bicéphale Valls-Hollande a donc choisi de montrer tout son autoritarisme en utilisant une nouvelle fois l’article 49 alinéa 3 de la constitution. Cette outil permet d’éviter tout débat parlementaire, une entrave à la démocratie.

D’ailleurs François Hollande connaît parfaitement les conséquences du 49-3 car il disait lui même en février 2006 : « Le 49-3 est une brutalité, le 49-3 est un déni de démocratie, le 49-3 est une manière de freiner ou d’empêcher le débat parlementaire ».

Il s’agit là d’une attaque frontale contre la démocratie, contre les peuples qui demandent la légitime répartition des richesses, la fin des privilèges que se sont octroyés depuis des années maintenant les représentants du capitale.

Les apôtres du capitalisme

Il convient de désigner avec précision ceux qui ont choisi de s’allier contre les peuples. En occurrence il est assez facile de les identifier, se sont ceux qui considèrent le travailleur coûte trop et qu’il doit être raisonnable et se contenter du salaire que l’on consent à lui donner.

Les mêmes n’hésitent pas pourtant de s’augmenter régulièrement des traitements à un tel niveau que le salarié ne pourra jamais atteindre. L’observatoire des inégalités dans un article du 30 mars 2016 indiquait que le revenu d’un grand patron revenait de 600 à 1200 années de SMIC (lire l’article, ici ),

Les politiques permettent cette situation en votant des lois qui favorise le patronal mais en plus participe souvent a creuser ces inégalités en s’augmentant eu même leurs indemnités parlementaires.

Crise et Transformation sociale

Le mouvement sociale de ce printemps 2016 va s’inscrire dans les mouvements sociaux qui font l’histoire de ce pays. Ce mouvement social s’inscrit dans celui du peuple qui lors de la Révolution française, les trois glorieuses, la commune de Paris, le Front Populaire et plus proche de nous Mai 1968.

Le mouvement nuit debout et la contestation contre la loi travail sont les deux éléments moteurs qui en racine le mouvement dans une durée qui survivra au passage en force de la loi travail.

Le peuple en a assez de subir l’oppression du capitalisme nouvel opium d’une classe politique qui refuse de prendre en considération les attentes des citoyens. Qui n’ont plus qu’un choix l’insurrection.

Tous dans la rue le 12 mai 2016 et les jours suivants !!!