Le 21 septembre on transforme l’essai !

La journée de mobilisation contre la loi travail XXL du 12 septembre a été un succès à Paris et en province. Ainsi, une semaine après la rentrée 500 0000 manifestants dont 60 000 à Paris ont dénoncer les ordonnances Macron.

Le front syndical est en train de s’organiser sur une base solide, la CGT, SUD-SOLIDAIRE, la FSU mais c’est aussi des syndicats FO dont le bureau confédéral n’appeler pas à la Grève, qui étaient présent et même la CFDT métallurgie qui avait réussi à convaincre d’autres secteurs.

Le 21 septembre il sera important d’amplifier l’action pour faire gagner nos revendications. La fonction publique devra continuer à se mobiliser.

Ces ordonnances ont un impact dans la fonction publique, notamment dans la suppression du CHSCT. Le Gouvernement ne manquera pas de traduire ces ordonnances dans le publique au nom de l’égalité, public-privée.

Enfin, les premières décisions prises par ce Gouvernement nous impactent :

  • diminution de l’offre de service public par la suppression de 120 000 fonctionnaires
  • gel et fin de l’unicité du point d’indice
  • rétablissement du jour de carence

Autant de bonnes raisons d’être encore plus nombreux le 21 septembre 2017.

Le 21 septembre 2017 tous dans la rue

Préparons nos baskets et le 12 septembre tous dans la rue!

Le Gouvernement et le Président « jupitérien »mettent en oeuvre la politique du MEDEF, qui n’a qu’un seul but anéantir les droits des travailleurs. Et, ce n’est pas un hasard si la principale mesure de ce début de quinquennat est (pour reprendre la formule du Canard enchaîné du 23 -8-17) la « Médification »du code du travail.

Le 31 août le Premier ministre Edouard Philippe et la Ministre du travail, Muriel Pénicaud ont dévoilé le contenu des ordonnances réformant le code du travail.  Malheureusement, la lecture de ces 5 textes n’a fait que confirmer l’ampleur de la contre réforme, de la casse d’un code du travail qui avait le mérite de protéger les travailleurs.

Ces ordonnances vont au contraire pousser encore plus loin la flexibilité et la précarité des travailleurs. Le démantèlement du code du travail c’est la protection du salarié qui ne sera plus assuré. Les accords de branches permettaient d’avoir pour le salarié un régime plus favorable que dans l’entreprise. Désormais le patron va pouvoir faire sa propre loi dans l’entreprise.

Il ne faut pas s’y tromper : nombre de mesures prévues dans ces textes ne manqueront d’ailleurs pas d’avoir des traductions négatives dans la Fonction publique sous le fallacieux prétexte de la recherche d’égalité entre le public et le privé qui a trop souvent conduit à des régressions pour tous.

Il en va ainsi par exemple de la déstructuration des garanties à caractère national et de la suppression des CHSCT.

C’est pourquoi la journée nationale d’action interprofessionnelle du 12 septembre concerne pleinement les agents publics.

 –

Macron élu la lutte continue

L’élection présidentielle est à peine terminée que la lutte pour les places à prendre débute, il y a ceux qui se rendent disponibles pour le Gouvernement et ceux qui se positionnent pour être élu au parlement.

Cependant, reprenons un peu les résultats et la politique que va mettre en œuvre le nouveau  Président de la République. Il est fort à parier que le bruit médiatique sera moins fort lorsque le mouvement social grondera contre la politique d’Emanuel Macron.

Les chiffres à la loupe ….

Le Président nouvellement élu l’a été avec 66, 10% des suffrages exprimés contre 33, 90% des suffrages exprimés pour Marine Le Pen. En nombre de voix, cela revient à 20 753 798 pour E. Macron et 10 644 1198 pour M. Lepen. Ces chiffres ont plus de relief si on ajoute ceux des bulletins blanc, nul et l’abstention. Ces derniers qui sont réputés ne pas s’être exprimés ont réussi à ce faire entendre et ce malgré tout le matraquage médiatique qui voulait les faire taire.

….16 millions

Seize millions, c’est le chiffre que représente le nombre de bulletin, blanc, nul  et le nombre des citoyens qui ont fait le choix de s’abstenir face à la régression sociale, des banquiers et de l’extrême droite. Seize millions, c’est le chiffre de l’expression de la  colère  qui s’est développé durant les mobilisations contre la loi Macron, contre la loi travail ou contre la casse du service public de santé et de l’hôpital public.

Contexte social nouveau,

Seize millions, c’est le nombre de ceux qui s’opposeront demain au Gouvernement Macron lorsque celui-ci voudra continuer la casse code du travail par ordonnance. Seize millions, c’est le chiffre révélateur d’un nouveau  contexte social en France. Les citoyens et les salariés de ce pays ont bien compris que la classe dominante n’avait qu’une seule politique celle contre le peuple.  Les seize millions, vont s’ajouter à ceux qui ont fait d’autre choix le 7 mai et qui eux aussi vont désormais écrire une autre page de notre histoire sociale.

Venez avec nous construire de nouvelles luttes contre les réformes contre les salariés, contre les peuples, en France et en Europe.

 

 

 

 

 

 

 

Don de jour : La CGT Préfecture de Police s’abstient !

Le mercredi 15 mars 17 avait lieu le comité technique des administrations parisiennes dont l’un des points à l’ordre du jour concernait le projet d’instruction de don de jour de repos à un agent dont l’enfant est gravement malade.

Comme nous l’avons indiqué en séance  il s’agit la d’une démarche d’un grand humanisme car le don est un acte d’un assez rare dans nos sociétés où tout se monnaye. Un acte gratuit par excellence qui n’appelle rien en retour.

Nous tenons dire ici avant d’aller plus loin que la CGT-Préfecture de Police partage la douleur des parents qui sont dans la situation d’accompagner un enfant malade, parfois mourant.

Néanmoins, la CGT-Préfecture de Police considère que qu’il s’agit une fois de plus de faire reposer la solidarité sur les seuls salariés et dédouane une fois de plus l’employeur, privé ou public d’une solidarité à laquelle il ne participe jamais mais dont il profite souvent.

Comment expliquer que le Gouvernement est capable de distribuer 30 milliards d’euros d’exonération de cotisation sociale dans pour les entreprises sans la moindre contre partie. La sécurité sociale devrait jouer ce rôle, si les politiques publiques de ces 50 dernières années n’avaient pas pour but de casser le système de solidarité des classes populaires.

Dans le contexte actuel il aurait été préférable d’élargir l’article L 1225-62  du code du travail qui permet à tout salarié qui a la charge d’un enfant victime d’une maladie, d’un accident ou d’un handicap grave nécessitant une présence soutenue ou des soins contraignants de prendre un congé de présence parental.

Il aurait fallut améliorer ce dispositif en augmentant le nombre de jours et en rémunérant cette période. Il est permis d’espérer que cette proposition soit un jour mise en œuvre.

Le dispositif actuel a également un autre aspect désagréable qui est celui d’introduire le sentiment de culpabilité, pour les autres salariés qui sont légitimes à jouir de leur droit.

Cependant, la CGT-PP dit bravo aux salariés qui feront se don lorsque le Patron, qui Préfet ou PDG aura laissé une fois encore les salariés trouver une solution entre eux.

Cette situation nous montre combien la vision de la sécurité sociale était juste et que le patron public ou privé est incapable de gérer correctement nos intérêts. Il est grand temps que la classe dominante soit remplacée par les classes populaires et moyennes.

Prenait votre timbre à la CGT, ne vous laissez plus faire !

 

 

 

Transfert de compétence: lettre ouverte à Yannick Jadot

Le transfert de compétence de la Préfecture de Police vers la Mairie de Paris est un acte politique sans précédent pour le personnel de la Préfecture de Police.

Notre action envers les élus se poursuit-donc et vous trouverez ci-dessous la lettre ouverte au candidat à la présidentielle Europe Ecologie les Verts.Ici

Le combat continue !

 

 

Camarades la lutte n’est pas finie.

20160915_153951

 

 

N’écoutez pas les sirènes de la défaite annoncée matraquée par les chaînes d’info continues. La rentrée sociale marquée par la manifestation d’hier est un premier signal.
Néanmoins, nous devons poursuivre notre lutte face à la casse du militantisme et des actions syndicales.

L’exemple le plus criant est la défense de nos camarades des Goodyear d’Amiens qui risquent les 19 et 20 octobre prochains des peines de prison allant jusqu’à 9 mois fermes.

C’est intolérable!

Contrairement aux annonces, ils ont empêché leur directeur et une autre personne de subir un sort beaucoup plus désagréable… Résultat une peine de prison…Expliquez moi où se situe la Justice!

Nous ne pouvons les laisser seuls, aussi j’en appelle solennellement à vos valeurs de militants, d’adhérents ou simplement de citoyens.

Les 19 et 20 octobre prochains, rejoignez nous à Amiens! Faites vous connaitre des permanents à titre individuel, par section pour qu’ensemble et aux côtés des autres camarades mobilisés l’acharnement d’une justice partisane cesse et que nos camarades qui n’ont que trop subis aujourd’hui puissent sortir libres.

Si une lutte doit être menée aujourd’hui c’est celle de la défense de ces militants exemplaires.

Il en va de l’existence de nos valeurs camarades, et de la défense du monde du travail trop souvent sacrifié.

REJOIGNEZ NOUS,
UN JOUR VOUS POURRIEZ ETRE UN GOOD YEAR !!